QUE 94201 (Crédit photo : NASA)

QUE 94201

chute observée trouvaille

Date :
Lieu :
Poids :
Age :
Type :

16 décembre 1994
Queen Alexandra (Antarctique)
12 g
320 millions d'années
Shergottite
(appauvrie, mafique, diabasique)

QUE 94201 a été découverte dans les étendues glacées du secteur de Queen Alexandra en Antarctique. La météorite est relativement petite, puisqu'elle ne pèse que 12 grammes. Quand elle est encore présente, la croûte de fusion brun-noire est difficile à distinguer de l'intérieur de la roche, très sombre lui aussi.

QUE 94201 a été classée parmi les shergottites basaltiques. D'un point de vue pétrographique, elle est principalement composée de clinopyroxènes riches en fer (44 %) et de plagioclases choqués en maskelynite (46 %). Les pyroxènes et les plagioclases sont noyés dans une matrice constituée d'oxydes (ulvöspinelle, rutile, ilménite, baddelyite), de phosphates (whitlockite, chlorapatite, apatite, merrillite), de sulfures (pyrrhotite), d'olivine (fayalite), de pyroxènes (pyroxferroite) et de silice. La roche présente une structure cristalline à gros grains, les cristaux étant souvent allongés. QUE 94201 contient également des sulfates, qui proviennent certainement d'une altération terrestre.

Comparée à celle des autres shergottites, la quantité de maskelynite et de whitlockite est relativement élevée. QUE 94201 présente certaines similitudes avec la lithologie DML de Zagami, et la lithologie B de la météorite EETA 79001. La roche est fortement appauvrie en terres rares légères (LREE).

QUE 94201 s'est formée il y a 320 millions d'années. Elle a été éjectée de la surface martienne il y a 2.4 millions d'années, soit vraisemblablement en même temps que deux autres shergottites basaltiques, Shergotty et Zagami. La violence du choc a déformé les cristaux de pyroxènes, transformé les plagioclases en maskelynite, et a donné naissance à des verres (présents sous la forme de poches ou de veines). Après son arrivée sur Terre, QUE 94201 serait restée prisonnière des glaces de l'Antarctique pendant une très longue période (290 000 années), avant d'être récupérée en 1994.

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 28 avril 2002.