Tige d'Asperge (vue générale)

 

Cette coupe transversale de tige d'asperge montre, de la périphérie vers le centre, un épiderme assez cutinisé, ouvert ici et là par des stomates, un parenchyme cortical chlorophyllien non palissadique (assimilateur) réduit à quelques assises cellulaires, avec une couche interne à cellules plus grosses qui n'est autre que l'endoderme, et enfin un cylindre central, qui occupe la plus grande partie de la tige.

Situé sous l'endoderme, le cylindre central est limité par un anneau de sclérenchyme à petites cellules, très visible ici, et que l'on pourrait caractériser de péricycle. A l'intérieur de l'anneau, dans un parenchyme médullaire lignifié, sont dispersés un grand nombre de faisceaux cribro-vasculaires, qui deviennent de plus en plus gros à mesure que l'on s'approche du centre.

Chaque faisceau vasculaire est formé d'un xylème à pôle endarche (différentiation centrifuge) qui forme un V caractéristique, la pointe étant tourné vers le centre. Entre les branches du V se trouve un massif de phloème à croissance centripète. Le cambium est absent (pas de structures secondaires).

La symétrie radiale, la présence d'un épiderme à stomates, la position superposée du phloème et du xylème primaire, la différentiation centrifuge de ce dernier, l'existence de tissus de soutien et la présence de moelle permettent d'identifier la coupe comme étant celle d'une tige. L'organisation des faisceaux cribro-vasculaires sur plusieurs cycles pointe vers une monocotylédone.

 

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 21 novembre 2016. Des commentaires, corrections ou remarques ? N'hésitez pas, écrivez moi! index