Feuille d'Iris, coupe transversale (x10)

Les feuilles d'Iris sont des lames foliaires falciformes (en forme de faux ou de faucille) qui naissent en bouquet à l'extrémité d'un rhizome souterrain. Elles montrent toutes les caractéristiques d'une feuille de monocotylédone (organe aplati, à symétrie bilatérale, nervures parallèles les unes aux autres, absence de formations secondaires), mais elles présentent également certaines particularités intéressantes à observer : le mésophylle est hétérogène (avec un parenchyme palissadique situé sous l'épiderme, et qui surplombe un parenchyme lacuneux), et des stomates présents sur les deux faces de la feuille. Concernant les nervures, ces dernières sont disposées en alternance de façon symétrique, les amas de xylème se faisant face vers l'intérieur de la feuille. Etant donné qu'au niveau des limbes foliaires, le phloème est orienté vers la face dorsale (face inférieure, abaxiale), la feuille d'Iris présente donc deux faces dorsales (inférieures).

L'étonnante géométrie de la feuille d'Iris s'explique par le fait que cette dernière est en fait formée par un limbe replié sur lui-même sur l'axe longitudinale dans la partie terminale, avec soudure des deux faces ventrales (faces supérieures, adaxiales). La soudure de la lame, initialement bifaciale, s'accomplit progressivement à partir de la base de la feuille (à proximité du rhizome), ce qui explique que selon l'endroit où les coupes sont effectuées, des lacunes plus ou moins grandes s'observent dans la zone médiane. Une fois soudée, la feuille est alors devenue unifaciale, avec deux faces présentant des structures identiques.

Si l'on rentre un peu plus dans les détails de la structure foliaire, on remarque que l'épiderme inférieur de la feuille d'Iris possède une cuticule fine, avec de nombreux stomates qui s'ouvrent sur des chambres substomatiques. Le parenchyme palissadique est formé par 2 ou 3 assises de cellules jointives, puis laisse la place au parenchyme lacunaire non chlorophyllien proprement dit. Au niveau des faisceaux vasculaires, on trouve un massif de phloème primaire (situé vers l'extérieur de la feuille) et un amas de xylème primaire interne avec une pointe tournée vers l'intérieur. Sur leur périphérie, les tissus conducteurs sont protégés par un capuchon protecteur de fibres de sclérenchyme (situé topographiquement à l'intérieur de l'endoderme, il peut être qualifié de péricyclique). Un endoderme entoure enfin le faisceau cribro-vasculaire. Au niveau des extrémités de la feuille, deux nervures sont orientées dans le plan de symétrie de l'organe, et un petit manchon de sclérenchyme peut aussi parfois être observé.

 

Labrot © 1997-2021. Dernière mise à jour : 8 avril 2020. Des commentaires, corrections ou remarques ? N'hésitez pas, écrivez moi! index