Planète Mars :
Une attraction irrésistible

En partenariat avec Amazon

Planète Mars : Une attraction irrésistible
Commander "Planète Mars : Une attraction irrésistible" via Amazon

Note : 4 etoiles
Auteur :
Richard Heidmann
Editeur
: Alvik
Parution : mai 2005
Epaisseur : 221 pages

Planète Mars : Une attraction irrésistible de Richard Heidmann Depuis que l'homme a levé les yeux vers Mars, il n'a jamais cessé de vouloir s'y transporter. D'abord par la pensée, puis par l'intermédiaire de nos robots, nous avons commencé à explorer ce monde fascinant, à la fois si semblable et si différent de notre planète, la Terre. Pourtant, nous n'avons encore jamais osé franchir la dernière étape qui sépare le rêve de la réalité. Ingénieur en propulsion spatiale et président de l'association planète Mars (le chapitre français de la Mars Society), Richard Heidmann nous livre ici ses réflexions sur la nécessité d'une exploration habitée de la planète Mars.

Les premiers pas de l'homme dans l'espace furent glorieux. Dix années à peine séparent l'envoi du premier satellite artificiel de la Terre, Spoutnik 1, des premiers pas de l'homme sur la Lune. Aujourd'hui, à l'aube du 21ème siècle, force est de constater que l'avenir prometteur de l'humanité dans l'espace s'est mué en un immobilisme craintif. Depuis l'envoi de l'homme sur la Lune, nos astronautes sont confinés en orbite basse. Déjà ébranlée par l'accident de Challenger en 1986, la NASA a assisté impuissante à la désintégration de la navette Columbia en février 2003, et à la disparition tragique de son équipage. Doit-on continuer à mettre en péril la vie de nos astronautes pour les envoyer tourner continuellement, et pratiquement sans aucune raison valable, autour du globe bleu de la Terre ? Ou sont donc passés le courage, la vision et la persévérance qui animaient les hommes qui ont conquis notre satellite ?

C'est sur ces quelques faits et réflexions que commence Planète Mars, une attraction irrésistible, de Richard Heidmann. Directement impliqué dans l'exploration spatiale, l'auteur fait ce constat terrible : aussi flamboyante qu'ait été son départ, la conquête spatiale est aujourd'hui engagée sur une voie sans issue. Pourtant, contrairement à certaines personnes, pour qui l'homme n'est pas fait pour les immensités froides de l'espace, Richard Heidmann estime au contraire que l'humanité a droit à un destin cosmique. Un destin derrière lequel se cache non seulement la capacité de notre civilisation à essaimer dans les immensités du cosmos, mais également et surtout son aptitude à échapper à l'autodestruction. Pour Richard Heidmann, la première étape de ce long périple - qui n'est finalement qu'une suite à celui entrepris par l'homme depuis sa naissance sur Terre - est connue depuis fort longtemps. Après avoir passé en revue les différentes destinations possibles dans un court chapitre, une seule réponse pertinente apparaît : Mars.

Mars oui, mais comment ? Et surtout, pourquoi, et avec qui ? Si ces questions vous interpellent, vous ne ferez sans doute qu'une bouchée de ce livre dédié à l'exploration de la planète Mars par l'homme. A n'en pas douter, une telle aventure redonnerait un objectif ambitieux et noble aux agences spatiales, perdues dans des programmes sans réelles visions. Encore faut-il savoir, comme l'indique Richard Heidmann, rester les pieds sur Terre, éviter de développer des scénarios qui ont plus à voir avec la science-fiction que la réalité, et apprendre de nos erreurs passées (comme le fiasco de la station spatiale internationale).

Après un court chapitre présentant la planète Mars, l'ouvrage dresse un état des lieux de l'exploration martienne, et détaille l'architecture d'une mission habitée "classique", qui pourrait être mise sur pied dans les prochaines décennies. Si Richard Heidmann estime que nous sommes aujourd'hui mieux préparé pour Mars que nous ne l'étions pour la Lune il y a 35 ans, il ne sous-estime pas pour autant les difficultés de l'entreprise, qui sont bien réelles, voire préoccupantes. La durée du voyage, sans commune mesure avec un aller retour Terre - Lune, va ainsi exposer l'équipage à bien des dangers. Les effets de l'apesanteur se feront cruellement sentir (bien que l'on connaisse certaines contre-mesures), et le risque d'exposition à des bouffées de radiations, ou à des impacts de micrométéorites augmente. Les astronautes seront de plus complètement isolés, et, avec les moyens de propulsions actuels, dans l'incapacité de faire demi-tour immédiatement en cas de pépins. La planète Mars recèle également ses propres dangers, dont le plus banal n'est autre que la poussière. Omniprésente et composée de particules très fines, celle-ci pourrait effectivement gripper les mécanismes les plus fragiles, créer des courts-circuits, ou même empoisonner l'équipage.

La réflexion que Richard Heidmann nous offre dans ce livre est toujours réfléchie et modérée, passionnée tout en étant raisonnée, et tord le cou à quelques idées reçues. Comme le montre la partie consacrée aux difficultés d'une telle mission, Richard Heidmann ne néglige pas les nombreux obstacles technologiques, scientifiques et psychologiques que les nations qui s'aventureront sur la planète rouge auront à affronter (ceux-ci étaient peut-être présentés de manière trop naïves dans "The case for Mars", le fameux ouvrage de Robert Zubrin, le fondateur de la Mars Society).

Devant un tel sujet, et tout en accordant au rêve la part qu'il mérite, Richard Heidmann a également su éviter de tomber dans le grandiloquent et le spectaculaire. L'auteur adopte ainsi une position critique par rapport à un retour sur la Lune, considéré comme une étape clé du voyage vers Mars dans la récente initiative d'exploration spatiale lancée par le président Georges Bush en janvier 2004 (à ce sujet, et bien que son financement soit plus que bancal, le programme Aurora de l'agence spatiale européenne paraît plus réaliste et intelligent). L'auteur dénonce aussi les arguments parfois fallacieux mis en avant par certains promoteurs d'un retour sur la Lune, et qui reviennent régulièrement, comme l'exploitation de l'hélium 3 contenu dans le sol sélène, ou la construction de bases de lancement permettant d'atteindre Mars à moindre coût. Il répond également à ceux qui ont coutume d'opposer les robots aux hommes, et montre que ces deux entités, bien loin d'être concurrentes, sont au contraire complémentaires.

Tout au long de quatre chapitres qui constituent le coeur de l'ouvrage, Richard Heidmann aborde ensuite les enjeux de l'exploration habitée. Les premières motivations qui viennent à l'esprit sont bien entendu d'ordre scientifique, tant sont grandes les promesses de découvertes (Mars étant un monde à part entière, et non pas un rocher mort comme la Lune). La planète rouge permettrait de réaliser des avancées considérables dans certains domaines comme la climatologie, la géologie, et bien sur, la recherche des origines de la vie.

Une entreprise d'envergure comme celle qui conduirait des hommes à fouler le sol poussiéreux de Mars aurait aussi d'importantes retombées économiques, grâce à l'exploitation des innovations technologiques mises en oeuvre au cours de la mission. Les Etats-Unis doivent une part de leur leadership technologique aux missions Apollo, qui ont véritablement bouleversé les capacités du pays. Richard Heidmann détaille longuement les retours sur investissement qu'un pays impliqué dans l'exploration habité de Mars serait en droit d'attendre, et force est de constater que la liste est éloquente.

Viennent ensuite les enjeux géopolitiques, indissociables de la conquête spatiale (l'exploration lunaire ayant d'abord et avant tout été une course contre la montre entre les deux grandes superpuissances de l'époque, les Etats-Unis et l'Union soviétique). Dans un chapitre passionnant, Richard Heidmann passe en revue les différents pays qui pourraient jouer un rôle dans l'exploration habitée de Mars. Tout pays désirant une place de choix sur la scène internationale ne peut ignorer les activités spatiales, que ce soit pour leur importance stratégique, ou pour le prestige qu'elles confèrent. Il faut espérer, tout comme lui, que les ambitions de la Chine (qui a lancé son premier taikonaute en 2003) puissent réveiller les esprits et jouer le rôle d'aiguillon pour les Etats-Unis et l'Europe.

La section consacrée aux enjeux se termine sur les enjeux sociétaux, qui comptent parmi les plus fondamentaux. Les retombées d'une mission habitée martienne pour la société seraient effectivement considérables, depuis une meilleure connaissance du climat ou des ressources en eaux, jusqu'à des avancées dramatiques dans des domaines comme la médecine, la robotique, les télécommunications. L'entreprise captiverait également le public, et serait à même de susciter bien des vocations, en particulier dans des pays marqués par une sévère désaffection pour les métiers techniques et scientifiques.

En tournant la dernière page de ce plaidoyer rigoureux et argumenté pour une exploration humaine de Mars, et au-delà, du système solaire, il est difficile de ne pas être convaincu du bien fondé d'une telle entreprise. Parce qu'il allie le rêve et la réalité, nul doute que cet ouvrage enchantera les passionnés convaincus que le destin de l'humanité se trouve dans les étoiles. Il donnera également du grain à moudre à tous ceux que le sujet intrigue, et fera peut-être même changer d'avis quelques sceptiques qui estiment que la Terre doit rester, pour le meilleur et pour le pire, la seule et unique préoccupation des hommes ...

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 14 août 2005.