Chroniques martiennes

La surface martienne trop accidentée (2ème partie)

Vendredi 7 avril 2000
La sonde Mars Polar Lander (Crédit photo : NASA/JPL)

Lorsque les ingénieurs de la mission Viking ont découvert les premières images d'Ares Vallis transmises par Pathfinder, ils ont immédiatement compris qu'ils avaient fait le bon choix, 20 ans auparavant. Avec une garde au sol de 22 cm, Viking n'aurait eu pratiquement aucune chance sur ce site jonché de cailloux de toutes tailles. N'importe quelle roche aurait perforé le fond de la sonde, exposant la délicate électronique aux températures glaciales et condamnant par la même occasion l'engin à une agonie froide et gelée.

Si Pathfinder a pu réussir là où Viking aurait échoué, c'est parce que la sonde comportait un système d'entrée, de descente et d'atterrissage (EDL en anglais) innovant. Alors que Viking devait freiner sous le contrôle de rétrofusées et atterrir sur ses pieds, Pathfinder pouvait terminer son voyage d'une façon beaucoup plus sauvage. Protégée par un douillet cocon d'airbags, la sonde a frappé violemment la surface pour rebondir plus d'une dizaine de fois comme un vulgaire ballon de plage avant de s'immobiliser définitivement. Un ingénieux dispositif était capable de replacer la sonde à l'endroit, même dans le cas où l'arrêt se serait effectué la tête en bas.

Le système, très critiqué lors de sa présentation, a parfaitement fonctionné et la mission a connu le succès que l'on sait. Adapter l'atterrisseur au site et non pas le contraire, voilà la clé de la réussite sur Mars. Encore faut-il connaître parfaitement la région que l'on a estimée digne d'intérêt.

Tout le monde admet que le site d'atterrissage de Mars Polar Lander n'avait pas fait l'objet d'assez d'attention. La NASA est consciente du problème et la reconnaissance de la planète à très haute résolution pourrait d'ailleurs devenir l'un des objectifs prioritaires du nouveau programme d'exploration martien actuellement en cours de définition.

Cette reconnaissance pourra s'effectuer de plusieurs manières. La caméra de la sonde Mars Global Surveyor le prouve chaque jour, nous sommes maintenant capable d'obtenir des clichés de résolution métrique de la surface martienne. Mais aussi puissante soit-elle (Mars Global Surveyor est capable de distinguer l'équivalent d'une grosse voiture sur Mars, alors que Viking ne pouvait voir que des objets de la taille d'un stade), sa résolution n'est pas suffisante pour distinguer certains dangers, petits, mais costauds .

Un moyen original de passer les terrains à la loupe serait d'envoyer des bombes intelligentes : un petit cône profilé aérodynamiquement dans le nez duquel on a logé une caméra pointant vers le bas. Lors de son plongeon vers la surface de Mars, cette bombe pacifique prendrait des images de plus en plus rapprochées du sol, jusqu'à l'impact final. Larguées en masse et disséminées un peu partout, ces petites sondes pourraient nous permettre d'explorer à moindre coût et de manière efficace un grand nombre de sites potentiellement intéressants.

Seule une reconnaissance de surface sérieuse et une réflexion sur les techniques d'atterrissage à mettre en œuvre cas par cas nous permettra de progresser à grand pas dans l'exploration de la planète Mars.

Pour l'atterrisseur de la mission Mars Surveyor 2001, copie carbone de Mars Polar Lander, les américains avaient choisi le site d'atterrissage le plus spectaculaire qui soit : le plancher du majestueux canyon de Valles Marineris. Aujourd'hui, dans une certaine morosité, cette mission a été repoussée de deux ans et les scientifiques ont revu leurs ambitions à la baisse. Un site un peu plus modeste du point de vue scientifique, mais bien moins risqué pour cette sonde en sursis a été choisi. Pathfinder s'est posé dans Ares Vallis 20 ans après la sélection de ce site pour la mission Viking. Espérons qu'il n'en sera pas de même pour le canyon de Valles Marineris...

Geoman Cet article a été publié pour la première fois sur le site Geoman.Net.

Index des chroniques

 

Labrot © 1997-2017. Des commentaires, corrections ou remarques ? N'hésitez pas, écrivez moi! index