Chroniques martiennes

Des patates sur Mars

Mercredi 24 mai 2000
Végétation sur Mars (Crédit photo : droits réservés)

La navette spatiale Atlantis, dans le cadre de la mission STS-101, emporte avec elle une expérience originale, mise au point par des étudiants américains. Ceux ci vont tenter de cultiver des pommes de terre, l'une des plus vieilles sources de nourriture au monde, sur un substitut de sol martien. 

Au cours de cette expérimentation, les étudiants vont comparer la croissance des plants de pommes de terre dans l'espace avec des patates témoins restées sur Terre. Dans les deux cas, un sol synthétique, mis au point par le centre spatial Johnson de la NASA, sera utilisé comme terreau. Ce substrat est le meilleur analogue du sol martien que nous puissions réaliser à partir des connaissances accumulées lors des missions Viking et Pathfinder. Il se présente sous la forme d'une poudre à gros grains, dont la densité, la porosité, la composition chimique, la minéralogie et les propriétés magnétiques sont similaires au sol qui recouvre la surface de Mars. Même sa coloration, un beau jaune-brun qui rappelle la cannelle, est martienne. 

Baptisé sans surprise des patates dans l'espace, cette expérience sera le premier exemple d'utilisation d'un sol artificiel pour assurer la croissance de plantes dans l'espace. Pour les étudiants qui ont la chance d'y participer, c'est également une opportunité formidable d'acquérir des notions dans des domaines divers et variés comme la méthodologie scientifique, l'espace ou encore l'agronomie. 

Nos patates spatiales sont l'une des dix expériences de SEM, un programme éducatif placé sous la responsabilité du centre Goddard de la NASA. SEM offre à des étudiants motivés un accès à l'espace par le biais d'expériences scientifiques. Depuis son premier vol en 1995, il a permis à des dizaines de milliers de jeunes gens venant des Etats-Unis ou d'autres pays de prendre part aux activités spatiales. 

La culture des pommes de terre dans un sol martien a été proposée par les élèves du Lycée de Shoshone-Bannock, dans l'Idaho. L'établissement n'en est pas à son coup d'essai, puisque ses étudiants avaient déjà embarqué une expérience scientifique sur un vol de la navette Discovery en 1998. 

Mis à part le substrat martien, le centre Johnson a développé d'autres sols synthétiques, dont l'un, nommé JSC-1, est basé sur les échantillons de roches lunaires ramenées au cours des missions Apollo. La NASA encourage d'ailleurs l'utilisation de ces sols artificiels dans des activités éducatives. Si vous êtes chercheurs, ingénieurs ou enseignants, le centre Johnson de la NASA
1 vous offre gracieusement du sol martien (JSC Mars 1) ou lunaire (JSC-1) pour y faire pousser des patates ou tout autre végétal comestible ! Seuls les frais de port sont à régler, un bien petit prix pour s'offrir un repas cosmique ... 

1 La demande doit être adressée à : Office of the Curator, NASA Johnson Space Center, Houston, TX 77058, USA.

Geoman Cet article a été publié pour la première fois sur le site Geoman.Net.

Index des chroniques

 

Labrot © 1997-2017. Des commentaires, corrections ou remarques ? N'hésitez pas, écrivez moi! index